EN PLEIN FAUBOURG


Vous aimez ? Partagez !

EN PLEIN FAUBOURG - NOTATIONS D'UN MASTROQUET SUR LES MOEURS OUVRIERES

Henri Leyret

[Critique sociale - Histoire sociale]

Loyal, pas méchant, l'ouvrier parisien est très généreux. Un maçon prend une voiture, se promène pendant une heure et demie, puis, en s'excusant de n'avoir pas davantage, il donne seulement 20 sous au cocher; celui-ci maugrée, tempête, enfin, bon enfant, finit par accepter; on prend un verre, on trinque ensemble, l'automédon regagne son siège quand, soudain, l'autre l'insulte:­T'es pas honteux de travailler à vil prix ? 20 sous ! T'as donc pas de coeur, canaille, pour trahir tes frères? Ahuri, furieux, le cocher lève la main, les deux hommes roulent sur le trottoir, mais c'est le cocher qui est le plus fort, il tient son singulier client sous les genoux, il peut le frapper, l'abîmer, quand, s'arrêtant, il dit:­ Tu vois, je pourrais te faire mal, tu le mériterais, car tu t'es salement conduit. Mais je ne t'en veux pas, t'as bu un coup de trop ! Lève-toi et faisons la paix. Pour ce reportage dans ce qu’on n’appelait pas encore “les quartiers sensibles”, le journaliste Henry Leyret s'était fait bistrottier pendant quelques mois. C'est un témoignage de première main, précis et plein d'humour, sur les ouvriers parisiens de la fin du XIXe siècle.

Les Nuits Rouges (2000) 166 p. 12 x 20 cm

Lire la présentation d'Alain Faure

10,40 €

En Stock

5 1
,
5/ 5