ENTRE LE DEUIL DU MONDE ET LA JOIE DE VIVRE


Vous aimez ? Partagez !

ENTRE LE DEUIL DU MONDE ET LA JOIE DE VIVRE

Raoul Vaneigem

[Situationnisme - Essai]

Dans ce livre de «mémoires» collectives et personnelles, Raoul Vaneigem évoque, quarante ans après le mouvement des occupations du printemps 68, les prémices de cet «embrasement au cœur multiple» puis sa récupération insidieuse par le spectacle culturel et contre-culturel. Il dresse, à cette occasion, un bilan de sa participation au groupe situationniste, non sans faire la part de certains errements propres à tout projet insurrectionnel, écartelé entre pulsion de mort et instinct de vie.

EXTRAITS: « Il a suffi de peu pour révéler sa substance à la révolte épidermique que suscitaient la colonisation consumériste et l’illusion du bonheur : une revue dont personne ne mentionnait l’existence, vendue dans quelques kiosques à journaux ; deux affiches en bandes dessinées, placardées confidentiellement — éveillant néanmoins les suspicions de la police ; un tumulte à l’université de Strasbourg lié à publication du libelle De la misère en milieu étudiant ; deux livres, La société du spectacle, et le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations ; l’agitation des Enragés de Nanterre qui inaugurerait en quelque sorte le Mouvement des occupations.
Déjà la récupération était à l’œuvre. Tribuns, manipulateurs de parti, bureaucrates gauchistes, aboyeurs de Trotski, de Castro, de Mao et autres assassins, qui s’échineraient à assurer le triomphe du spectacle, à jouer les meneurs pour gravir enfin les échelons d’une hiérarchie gouvernementale qu’ils avaient contestée avec des slogans allant du répugnant « Le pouvoir est au bout du fusil » au grotesque — car analogie de fond n’est pas identité de fait — « CRS-SS ». Nous savions qu’une récupération, moins stupide, plus insidieuse se mettait en place. Nous connaissions les mécanismes d’une aliénation qui falsifierait nos idées, les emboîterait dans le puzzle culturel, les couronnerait d’une glorieuse inanité. Pourquoi n’avons-nous pas été capables de les briser ?

Verticales (2008) 224 p. 14 x 20 cm

>>> Lire des extraits sur le PetroBlog

17,75 €

Livre / Badge / Patch actuellement indisponible

5 1
,
5/ 5